19 mars 2012

Pourquoi tout ce que je fais à la maison est « normal » et tout ce que fait mon conjoint est exceptionnel ?

Parce que je suis une femme et une maman.

 

Les mamans doivent organiser la vie de toute la famille. Prévoir des menus, faire les courses, cuisiner, donner les repas, faire la vaisselle, nettoyer la cuisine. Il faut également acheter des vêtements aux enfants, au mari, faire les lessives, les étendre, repasser le linge.

 

Les plus chanceuses ont une femme de ménage qu’il faut quand même recruter et former. Elle vous fera gagner du temps mais il ne faut pas oublier de lui rappeler de temps en temps qu’il faut passer l’aspirateur sous les meubles. Et pour que le message passe il faut lui donner ses étrennes sans retard, et lui rapporter des spécialités bretonnes en septembre quand elle même reviendra du Portugal avec « la bouteille » de porto.

 

Les mamans sont responsables de la scolarité des enfants : A elles les enquêtes pour trouver l’établissement adéquat. A elles les dossiers d’inscriptions et le parcours du combattant pour obtenir l’entrée de leur progéniture dans l’établissement public ou privé qui leur garantira une mention au bac et l’absence de drogue et de violence physique à l’école. Toutes celles sui se sont retrouvées en face d’une directrice d’école posant un regard désabusé sur les bulletins scolaires de leur enfant visualisent la situation.

 

Ensuite les mamans doivent superviser les devoirs des enfants, aller aux réunions de parents, rencontrer les professeurs. Vient ensuite le temps des orientations. Quelle voie choisir ? Quel bac. ? On se renseigne on lit, on rencontre une conseillère d’orientation. On subit des discussions sans fin avec l’ado rebelle qui veut être mannequin, actrice ou chanteuse.

 

Le volet santé est important également, emmener les enfants chez le pédiatre et le dentiste, l’ophtalmo, l’ostéopathe, voir la psychologue quand les choses se gâtent.

 

Les mamans doivent organiser les activités périscolaires donc s’occuper des inscriptions aux cours de danse, de musique, d’équitation, de natation, de théâtre. Bien entendu cela implique quelques conduites qu’il faut faire soit même ou partager avec d’autres. D’où l’entretien d’un réseau de relations sociales minimum également indispensable à l’entrée dans l’établissement adéquat (voir plus haut), et en rallye mondain (voir plus bas).

 

Les relations sociales minimales  entrainent l’organisation de diner chez soi, l’écriture et l’envoi des cartes de vœux ,souhaiter aux uns et aux autres leur anniversaire, écouter les malheurs des copines, garder les enfants de la voisine, aider le boucher dans son litige avec SFR, aider pour le diner de la paroisse. Il faut également s’impliquer un peu à l’école, faire le caté, aider à la kermesse. Ne pas oublier les cadeaux de naissance et de mariage.

 

L’organisation des fêtes de famille leur échoie également y compris lorsqu’il s’agit de sa famille à lui : l’anniversaire de chaque enfant, des neveux et nièces, le noël des uns et des autres, les 80 ans du grand père, les 40 ans de la belle sœur. A ne pas oublier également les anniversaires des filleules de votre mari. Sinon les gamins n’auront jamais un coup de fil ou un cadeau.

 

Evidemment il faut ajouter à cela l’organisation de méga gouter d’anniversaire avec les copains des enfants qui demande des trésors d’imagination et une intendance au poil. Ce qui entrainera évidement quelques invitations en retour ce qui signifie ne pas oublier d’acheter un cadeau pour la petite amie et un aller retour à 15h puis à 18 h le samedi après midi chez la petite amie en question. Avec un peu de chance, ce samedi là, plusieurs enfants dans la fratrie auront un gouter d’anniversaire à la même heure et dans des lieux géographiquement opposés.

 

Si vous avez un chien, ce qui est mon cas, il faut également penser aux ballades quotidiennes avec ramassage de crottes, brossage, nettoyage des oreilles, visites chez le veto. Bien entendu les enfants préfèrent jouer à Nitendog, c'est-à-dire ramasser des crottes virtuelle, plutôt que s’occuper de l’animal qu’ils ont réclamé à corps et à cris.

 

J’allais oublier la partie religieuse pour celles qui ont une religion et la transmettent : trainer à la messe touts les dimanches les enfants qui râlent, parler de Dieu, prier avec les petits, leur lire la bible, leur expliquer, discuter avec les adolescents ;

 

Préparer les sacrements : baptême, communion, confirmation; donc les séances avec le prêtre, l’organisation des réceptions.

 

Enfin les rallyes qui concernent une minorité de la population mais qui implique un maximum d’investissements: réponse aux invitations car votre petite chérie est partie en voyage scolaire sans s’en occuper. Shopping en catastrophe un samedi par mois pour trouver la robe. Celles qui n’ont jamais fait cette expérience ne peuvent pas imaginer les trésors de patience qu’il faut développer pour faire essayer des robes à une fille de 15 ans dont les gouts en matière vestimentaire ne sont fonction ni de son de son âge, ni de ses mensurations.

 

Faire comprendre à une jeune fille qu’une robe de soirée doit arriver au delà de la ligne de sa petite culotte et qu’elle ne doit pas être obligatoirement noire relève du parcours du combattant. Expliquer d’une façon diplomatique que les robes entièrement plissées ne peuvent aller qu’aux anorexiques et que ce n’est pas ce qu’on lui souhaite relèvent de l’exploit.

 

Le maquillage est également une grosse affaire : soit votre jeune fille ne se maquille pas et il faut lui expliquer les vertus du fond de teint qui peut être utile à la dissimulation de son acné juvénile, soit elle se maquille trop avec look œil  charbon, rouge à lèvre cerise et il fait lui faire comprendre qu’elle pourrait passer pour une professionnelle de la profession. Tout cela évidemment sans la vexer car elle irait sitôt se suicider dans sa chambre et sa soirée est dans moins d’une heure.

 

Mais après en avoir fini avec «  l’habillage » et le maquillage de votre jeune fille vous voilà avec la même tache à accomplir avec …..son père. Oui chéri il faut mettre un costard cravate pour accompagner ta fille, oui il faut dire bonjour aux parents qui reçoivent « ça se fait ».

 

 

Les mères de garçons ont un peu moins de boulot niveau maquillage mais doivent quand même se battre : oui il faut te doucher avant la soirée, non tu ne peux pas mettre des baskets, oui tu peux prendre une cravate de ton père, enlève tout ce gel, enlève ces chaussettes rouges ; Non on ne viendra pas te chercher avant 23h.

 

 

Enfin l’été arrive avec parfois le soleil et surement les séjours linguistiques ou les vacances chez les grands parents : bagages, lessives ; passeport, visas et quelques jours de tranquillités…. avant l’arrivée de la correspondante anglaise ou russe. S’en suivront quelques semaines éprouvantes de visites touristiques et gaffes diverses.

 

Mais je semble décrire là les activités d’une parfaite mère au foyer ; Pas du tout Aujourd’hui les mamans travaillent pour assurer le superflu voir l’indispensable. Il faut évidement ajouter à tout ces petits soucis domestiques le bureau. Qui en comparaison apparaît parfois comme le seul endroit ou madame pourra souffler un peu.

 

Parfois non. Au stress de la maison il faudra ajouter le stress du bureau : le personnel malade, la pression de la concurrence, la liquidation des clients avant paiement de leur facture, votre condition de maman qui vous fait regarder d’un air réprobateur et diminue de 20 % votre salaire comparé à un homme à égalité de formation et de compétence. Les avalanches de reproches qui pleuvent quand vous faite une erreur. L’absence d’éloges quand vous faites bien votre travail. Après tout vous êtes payée pour cela.

 

Mais tout cela est supportable et après tout je pourrais alléger considérablement mon agenda en supprimant les écoles privés, les rallyes, les activités périscolaires, les fêtes religieuses, les fêtes de famille, les séjours linguistiques, les vacances et même le chien !

 

Non ce qui m’agace c’est le regard tellement admiratif de ma famille et mes amis sur mon conjoint car il AIDE.

 

Il est formidable parce qu’il sait changer une couche, empiler toute la vaisselle dans l’évier (Ensuite la vaisselle est priée de se débrouiller toute seule), dire aux enfants de se laver les dents et de se coucher,  faire la cuisine, raconter sa vie à la maitresse (c’est dommage je voulais plutôt entendre la maitresse), faire des courses (avec la liste. Un homme ne pense pas seul au papier toilette).

 

Certes il travaille dans le stress et 10 h par jour. Mais finalement j’accomplis également mes 7h par jour ce qui ne fait que 3 h de différence….

 

Je me suis toujours demandé pourquoi mon mari est incapable de coiffer une petite fille, trouver des vêtements qui vont les uns avec les autres pour les habiller. Pourquoi il ne se souvient jamais que nous emmenons les enfants des voisins à l’école le jeudi matin et pas les autres jours, qu’il ne peux pas aller dîner dans un grand restaurant en bras de chemise, qu’une voiture fonctionne avec de l’essence et qu’un enfant mange malheureusement à heure fixe.

 

Pourquoi mon mari ne peut pas intégrer que les amis ne sont pas libres pour diner le jour même, que les vacances se réservent 6 mois à l’avance, que les anniversaires et noël tombent chaque année.

 

Pourquoi  mon mari laisse ses chaussettes sales et son slip par terre dans la salle de bains depuis 15 ans, se savonne avec le shampoing plutôt que de me demander ou est le gel douche.

 

Pourquoi mon mari râle des que je rends service, lui rappelle l’anniversaire de son filleul, suggère une visite au château de Versailles ou accepte une invitation chez des personnes que nous connaissons à peine…

 

 

Mais avec ça je ne devrais pas me plaindre car les autres sont pires si j’en crois mes sœurs et mes copines. Les autres maris passent un temps considérable au bureau, à la chasse, à rigoler entre potes. Ils regardent le foot à la télé et il n’est pas question de leur demander de participer aux tâches ménagères ou de s’intéresser à leurs enfants.

 

Mais mes copines et ma sœur ont trouvé la parade : Elles divorcent et optent pour la garde alternée. Grace à cela elles soufflent une semaine sur deux et le père des bambins et bien obligé de découvrir les joies de la parentalité… ou de passer le relais à leur nouvelle compagne..(Mais c’est tant pis pour elle !!) . Astuce d’une amie : si tu refais ta vie avec un père divorcé : prendre tous les enfants la même semaine ; Tu garde ta semaine de récupération. Et surtout ne pas avoir d’enfants avec ton nouveau compagnon pour éviter de retomber dans les mêmes errements.

 

A bon entendeur.

 

Posté par 1mari4filles à 14:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Pourquoi tout ce que je fais à la maison est « normal » et tout ce que fait mon conjoint est exceptionnel ?

Nouveau commentaire